20.1.16

Araignée et oiseau bleu! ♡


J'ai encore été dans les musées la semaine dernière. Au programme, deux expositions, Fantastique! Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais et Marc Chagall: le triomphe de la musique à la Philarmonie.
La première, celle au Petit Palais est malheureusement terminée. Je vous en donne un aperçu!

Une photo s'imposait devant l'araignée d'Odilon Redon, un génialissime peintre symboliste dont les oeuvres sont peuplés de créatures extraordinaires. J'ai adoré l'ensemble de son oeuvre!
Dans le Rêve, Planche 1 "Eclosion", Odilon Redon, 1879
Cette planche nous plonge dans un monde onirique qui sera omniprésent dans son oeuvre, tout comme cet oeil d'ailleurs...
 Emile Hennequin, un critique d'art de renom, admirait Redon et contribua à la réussite de l'artiste. Il déclara en 1882 "Autant que Baudelaire, M. Redon mérite le superbe éloge d'avoir créé un frisson nouveau ... Seul de tous nos artistes, peintres, littérateurs, musiciens, il nous paraît avoir atteint à cette originalité absolue qui, aujourd'hui dans notre monde si vieux, est aussi le mérite absolu." 

Les Origines (Planche 2), Odilon Redon, 1883 
J'avoue avoir été émerveillée par les oeuvres de Redon!

Si Redon clôt cet espace dédié au fantastique, la première salle nous offre à voir Piranèse et ses prisons... On découvre ensuite trois générations d'artistes qui ont représenté le fantastique: une génération romantique, dans les années 1830, dont le maître était Eugène Delacroix, puis une génération néoromantique avec pour chef de file Gustave Doré, et enfin les oeuvres d'Odilon Redon qui marquent un tournant et ouvrent la voie du symbolisme.
Cette exposition nous fait découvrir ou redécouvrir les grands maîtres de l'estampe: Delacroix, Grandville, Doré, Viala, Buhot ou Redon...

Prisons de Piranèse, XIXè
Louis Boulanger, Le dernier jour d'un Condamné, 1830

Lucifer de Gustave Doré- Planche inédite de l'Enfer de Dante, 1861

Cette exposition jouxte l'exposition dédié à l'artiste japonais Utagawa Kuniyoshi (1797-1861), qui a fortement influencé l'art du manga et du tatouage. Kuniyoshi compte parmi les plus grands maîtres de l'ukiyo-e ou "images du monde flottant" représentant le monde des plaisirs, la vie et les moeurs populaires du temps et les portraits des acteurs et courtisanes célèbres. Pour échapper à la censure (et à l'interdiction de représenter des geishas ou des partisanes), l'artiste a d'ailleurs eu recours à la caricature, domaine où il excellait également. Ses paysages sont tout aussi grandioses et furent d'ailleurs très prisés au XIXème. Claude Monnet ou le grand collectionneur d'art japonais Henri Vever en possédaient plusieurs.
Regardez la magie de ses estampes:

Cerisiers en fleurs, Kuniyoshi, vers 1845-46
Roshi Ensei, 1827-30
Voici une estampe qui appartient à une série qui représente 108 héros ou guerriers. Les tatouages présents sur les corps des guerriers ont d'ailleurs eu une influence durable dans l'art du tatouage!

Miyamoto Musahi tue une baleine, 1847

La deuxième exposition où je me suis rendue la semaine dernière est celle dédiée à Marc Chagall à la Philarmonie. Quelques photos postées sur les murs Facebook d'amis m'ont donné envie de découvrir cette expo et je n'ai pas été déçue!
Cette exposition nous dévoile des centaines d'oeuvres de l'artiste en lien avec la musique: costumes, toiles, sculptures, céramiques… 

à commencer par le plafond de l'opéra Garnier qui a été numérisé par le Google Lab. Le plafond a été réalisé par Chagall, suite à une commande d'André Malraux, ministre des affaires culturelles, en 1962.
Un morceau de musique est diffusé pour chacun des musiciens célébrés sur ce plafond. On écoute Mozart, le compositeur préféré de Chagall, mais aussi Rameau, parce que les Indes galantes de Rameau étaient très en vogue dans les années 60 à paris…
La musique est tellement agréable qu'on a bien du mal à quitter cette salle.


Je suis d'ailleurs très heureuse d'avoir emmené Little Love parce qu'il a beaucoup apprécié la musique et le ballet!
J'ai trop hâte de l'emmener à l'opéra!

On découvre aussi de somptueux décors et costumes créés pour les ballets ou opéras suivants: Aleko à Mexico, L'Oiseau de feu à New York, Daphnis et Chloé à Paris ou encore la Flûte enchantée… 

La musique est aussi présente dans ses toiles ou ses décors où figurent souvent un violoniste (figuresdu juif errant), des cirques ou des orchestres klezmer… 
Projet pour le rideau de scène de l'Oiseau de feu de Stravinski, Marc Chagall, 1945

Commedia dell'Arte, 1958

Exposition en cours: Marc Chagall,Le triomphe de la Musique à La Philarmonie de Paris (Paris XIXème)
Jusqu'au 31 janvier 2016!

Bonne fin de semaine à tous!
xo 



5 commentaires:

NalouParis a dit…

chaque fois que je vois tes posts, je me dis qu'il faut que je me bouge davantage pour profiter des expos de Paris !
allez cette fois je m'y mets :)
xoxo

Stéphanie a dit…

Chagall ... Quelle merveille !

Caro * a dit…

La première expo est superbe et certaines œuvres sont impressionnantes ! Merci pour ces découvertes :)

Sylvie, enfin moi a dit…

Mais quelle chance, j'aimerais bien visiter les musées et courir les expo avec toi
Bisous

Carole a dit…

J'aimerais bien voir l'expo Chagall avant le 31!
Bise et bon dimanche